PENDANT LA PERIODE de 1914-1918

Quelques chiffres de l’ATS

EFFECTIF DE L’ETABLISSEMENT

Au début de 1914 = 2412 ouvriers et ouvrières environ
Le 11 août : 10ème jour de mobilisation l’ATS avait embauché 2350 personnes
A partir du 12 août le travail est exécuté en 3 séances de 8 heures.
Ont été embauchés jusqu’au 12 août inclus :

Ouvriers = 843
Ouvrières = 1052 total 2506
Services auxiliaires = 611

Le 15 août 1914 : effectif total 4617
Dont 2815 ouvriers
1573 Ouvrières
762 Auxiliaires militaires
Avant l’embauche l’effectif était de 2111 ouvriers et ouvrières.

Le 31 août 1914 : effectif total 5548
Dont 2815 ouvriers
1918 Ouvrières
815 Auxiliaires

Le colonel de réserve Roblin est nommé directeur de l’ATS , il s’est présenté le 30 août 1914

Le 8 mars 1915 : 7300 ouvriers environ.

Le 1er avril 1915 : 2183 ouvriers civils
2424 Ouvrières
3131 Ouvriers militaires
73 Coloniaux et étrangers

Le 21 juin 1915 : 2165 ouvriers civils
2805 Ouvrières
494 Ouvriers militaires en sursis d’appel
3375 Ouvriers militaires détaché de leur corps

Le 31 juillet 1915 : effectif total 10131

Le 20 décembre 1915 : effectif total 12757
Dont 5 officiers supérieurs
27 officiers subalternes
15 officiers d’administration
2 ingénieurs de la marine

Le 31 décembre 1915 : effectif total 12879 dont 774 annamites

Le 6 janvier 1916 : effectif des femmes 3996
Dont 435 visiteuses et aides visiteuses
1769 usineuses
302 pourvoyeuses
1409 artificières
83 dactylographes et expéditionnaires

Le 31 janvier 1916 : effectif total 12632
Dont 1619 Ouvriers civil
3961 Ouvrières
6279 Ouvriers militaires détachés de leur corps
773 Annamites

Le 1er mars 1916 : effectif total 12936

Le 1er avril 1916 : effectif total 13251
Dont 1704 ouvriers civils
4135 Ouvrières
6533 Ouvriers militaires
879 Coloniaux et étrangers (dont 114 belges, 1 russe, 17 kabyles, 749 annamites)

Le 1er juin 1916 : effectif total 13928
La caserne de Reffye qui date de 1876 a été mise à la disposition de l’ATS. Par décision du général commandant la 18ème région en date du 11 juillet 1915. On loge dans les cours de la caserne et dans les baraquements Adrian qui y sont montés. 1003 ouvriers militaires, 18 ouvriers civils, 2 étrangers, 877 annamites, 20 martiniquais, 4 kabyles.

Le 31 octobre 1916 : effectif total 14435

Le 1er décembre 1916 : effectif total 14747
Dont 28 chinois arrivés le 27 novembre 1916

Fin décembre 1916 : effectif total 14970
Dont 352 personnels de bureau
14618 Maîtrise et ouvriers

Le 1er mars 1917 : 14872 ouvriers et ouvrières

Le 7 mars 1917 arrivée de 108 travailleurs malgaches (96 seulement ont pris le travail, 56 sont malades)

Le 1er mai 1917 : effectif total 14777

Des ouvriers espagnols ont été également embauchés, ils ne pénètrent jamais à l’intérieur de l’établissement. Ils sont employés aux travaux d’adduction d’eau, de voie ferrée, de nivellement dans le terrain triangulaire compris entre l’atelier, le chemin de fer et l’Adour.

Décembre 1917 Il est porté à près de 16 000 ouvriers, encadrés par 54 officiers.

En mars 1918 : il est encore de 14 000 ouvriers environ dont 4865 femmes.

FABRICATIONS – PRODUCTION

Production journalière moyenne réalisées pendant cette période.
3,1 canons de 120L Mle 1878
7 canons de 155 C
3,2 canons de 155 L
0,4 canon de 155 G.P.F
0,16 canon de 194 G.P.F
10 culasses de 155 C
5 culasses de 194
1100 obus de 155
18 affûts de mitrailleuses
40 tonnes de pièces de forge
6 tonnes de pièces de fonte
8 ,5 tonnes de pièces en laiton
4,2 tonnes de caisses
680 000 étuis de 8 mm
660 000 balles
6.500.000 amorces
20 000 fusées Mle 1899
24 000 douilles de 75 réfectionnées
720 Kgs de fulminate
83 000 chargements de fusées
730 000 chargements de cartouches
60 000chargement d’obus de 75

L’ATS avait aussi entrepris la fabrication de la bombe d’aviation de 50 Kg A provenant de la transformation des obus de 155.

DEPENSES EFFECTUEES DIRECTEMENT PAR L’ATS

20 février 1916
Nombre total de marchés ou convention passés depuis le 2 août au 1er décembre 1914 = 91
Dépenses correspondantes =783.220 frs
Du premier jour de la mobilisation au 31 décembre 1914 en ce qui concerne la fabrication des munitions de 75
Main-d’œuvre : 3.136.967,07 frs
Matière : 934.809,46 frs
4.071.776,53 frs

Le 15 septembre 1915 :
Le sous-secrétaire d’état à la guerre a décidé que pendant la durée des hostilités, les salaires nominaux horaire attribués au personnel de l’ATS ne devront pas être inférieur à : 0,52 frs pour les ouvriers, 0,38 frs pour les ouvrières et les dames dactylographes dans les mêmes conditions, recevront 90 frs par mois.

Le 6 novembre 1915 : Il est fait 6 paies au personnel (3 acomptes, 3 soldes, les 6-17-26)
Sommes nécessaires :
Le 6 : 9900 frs environ pour 4400 personnes
Le 17 : 8550 frs pour 3800 personnes
Le 26 : 8550 frs pour 3800 personnes

SALLE DE PAIE 23 février 1917
Un nouveau mode de paie va être inauguré prochainement (dans 2 mois sans doute) à l’ATS. Un bâtiment va être élevé à cet effet sur l’emplacement, actuellement du square, situé en prolongement du grand immeuble où se trouvent les bureaux de la direction.

IMPORTANCE DU TRAFIC FERROVIAIRE

LE 11 MAI 1915
Encombrement de wagons destinés à l’ATS, soit à la gare de Tarbes, soit sur l’embranchement de l’atelier. La principale cause de cette situation est l’arrivée du charbon par a coups.
Depuis le 15 avril 1915, il est arrivé en moyenne 310 tonnes de charbon par jour et parfois le double.
Tandis que la consommation journalière est de 110 tonnes seulement.
L’organisation des voies ferrées et des moyens de déchargement au temps de paix est insuffisante pour assurer le trafic du temps de guerre qui, en ce moment, correspond en moyenne à l’entrée journalière de 45 wagons portant 6 à 700 tonnes et à la sortie de 30 wagons chargés.

Tarbes le 23 juin 1915 : Le mouvement des wagons dépasse journellement la centaine et il y a aujourd’hui 200 wagons en souffrance. Je vous demande l’envoie immédiat de 200 manœuvres robustes.

L’ATS pouvait par ses propres moyens décharger par jour 35 wagons de charbon en novembre 1914.

17 janvier 1916 : Le nombre moyen de wagons reçus à l’ATS est de 80 par jour.

CONSOMMATION DE GAZ

Le 22 août 1915 :
Depuis la mobilisation la moyenne de consommation mensuelle atteint 35000 m3

EXPLOSIONS

Le 20 décembre 1915 : Une explosion a fait une victime l’ouvrier CARASSUS, blessures multiples, état grave, une partie de la main droite a été emportée. Blessures à la tête, au ventre, à la main gauche, au pied droit.
A l’hôpital, amputation de la main droite. Décédé le 22 décembre à 8h45.

25 janvier 1916 : Explosion survenue à 7h 45 à l’atelier de mise en boîte des amorces pour fusées (5ème division).
3 ouvriers tués, un ouvrier et une ouvrière très grièvement blessés. Dégâts matériel limité à l’atelier. Une quatrième ouvrière est décédée à l’hôpital le lendemain. Un ouvrier état assez grave.

13 septembre 1916 : Explosion à l’atelier d’encaissage des amorces. 3 femmes très grièvement blessées, 2 décédées le soir même à l’hôpital de Tarbes.

12 avril 1917 : A 14h25, explosion à la fulminaterie, 2 séchoirs ont sautés. 3 hommes tués, l’atelier de vérification des amorces percutantes a sauté peu après. 8 femmes atteintes, 2 femmes tuées.

17 mai 1917 : 13 personnes légèrement blessées.

7 juin 1918 : Explosion dans le bâtiment aux acides. Pas de victimes.

Dans une lettre adressée au ministre le 7 juin 1916 le Directeur écrit : On a constaté à l’ATS, depuis le début de la mobilisation 4 explosions accidentelles de cartouches, sur 275 millions de cartouches chargées

CONSTRUCTIONS

En 1914 : construction de l’atelier DV
En 1916 : construction de l’atelier RR
Construction de 7000 m² de magasins
Agrandissement de la cartoucherie de plus de 10 000 m²
Une nouvelle fulminaterie est construite
Création de 11 magasins à explosifs (à l’extrême nord sur des terrains appartenant à l’établissement).

VISITES

Visite du sultan Abdez Aziz le 24 octobre 1914
Visite de Mr Raymond Poincaré, président de la république le 12 juin 1915.
Visite de Mr Albert Thomas, sous-secrétaire d’état aux munitions, le 6 juin 1916.

BATIMENTS

Organisation d’un atelier de travail des tôles = emboutissage, trempe et chaudronnerie.
En 1915 : Atelier de fabrication et de montage de matériel d’artillerie
Montant du devis =292.342,91 frs
Centrale électrique montant du devis =179.563,70 frs
Magasin à alcool montant du devis =13.657,24 frs
Agrandissement des ateliers de la fulminaterie et de la capsulerie
Atelier de chargement des amorces
Construction d’un magasin à poudre
Construction d’un magasin aux éléments confectionnés
Construction d’un bâtiment pour le pastillage des obus de 75
Construction d’un bâtiment pour le vernissage des amorces
Construction d’un atelier pour le chargement des amorces devis=34.565 frs
Construction d’un atelier pour la réfection journalière de 25.000 douilles de 75, comprenant 2 bâtiments : Devis
Un en ciment armé, l’autre en bois et briques = 220.000 frs
Machines et appareillage pour ces bâtiments = 158.500 frs
total 380.500 frs

ACHAT TERRAIN ET EXPROPRIATION

Le 15 avril 1914 demande d’expropriation de terrain nécessaire à la construction de magasin à poudre et à explosifs, entre les magasins à poudre existants, l’Adour et le chemin des poudrières . Contenance 4 Ha 33a 97ca Prix = 34.717,20 frs. La guerre a interrompu l’achat de ces terrains, cette acquisition a été reprise en janvier 1916 portant sur 7 Ha 78 a 91 ca.

SOCIAL

Une chambre d’allaitement a été construite le 31 janvier 1917, près de la salle de secours.
Elle est aménagée pour recevoir 40 enfants. Le personnel comprend 3 gardiennes, 2 laveuses. Cinq fois par jour les ouvrières viennent allaiter leurs enfants, chaque absence est d’une demi-heure soit 2 heures et demi qui leur sont payées comme si elles travaillaient.

En décembre 1917 : un restaurant et un magasin d’alimentation coopératif sont construits en bordure de la rue Massey avec façade sur la rue Clarac gérés par une association « La Prolétarienne ». Le terrain sur lequel ils sont installés est loué par l’état pour une durée de 6 mois après la fin des hostilités. Il pourra recevoir 1000 à 1200 personnes.
Montant total de l’installation = 244.500 frs

ANNEXE DE PAU

L’ ATS a édifié pendant la guerre, place de Verdun, à Pau des hangars en bois, cloisonnés en briques, recouvert de tuiles, d’une superficie de 7000 m² environ. Ce terrain avait été cédé par la ville à l’administration de la guerre par convention du 10 juin 1914, qui spécifiait que ces hangars seraient enlevés à la fin de la guerre. La ville de Pau a autorisé le maintien de ces hangars jusqu’au 1er janvier 1920.
Ils comprenaient :
1 atelier (bâtiment A) longueur 90 mètres, largeur 8 mètres avec vestiaires (de 30×4 mètres) placés au centre (avec lavabos).
1 atelier (bâtiment B) semblable
1 atelier (bâtiment C) semblable
1 atelier (bâtiment D) semblable
1 atelier (bâtiment E) semblable
1 bâtiment H à usage de bureaux longueur 28 mètres, largeur 8 mètres
1 salle de secours (bâtiment I) de 12 mètres x 8 mètres

Ces bâtiments étaient couverts en tuiles mécaniques, les cloisons étaient en briques à 9 trous. On dénombrait 11 perceuses, des machines à centrer, à rayer, à tarauder, étaux limeurs, machines à mortaiser, à raboter, à tailler les fraises, les forêts, à rectifier, des tours à décolleter, à charioter, parallèles (12), en tout 28 tours différents.

FABRICATIONS

MUNITIONS D’INFANTERIE
  1914 1915
  2 Août 30 Septembre 31 Décembre 31 Mai 30 Septembre 30 Novembre
Etuis-86 D-STA 190.000 300.000 400.000 420.000 500.000 540.000
Balles 160.000 400.000 200.000 400.000 460.000 500.000
Cartouche (am) 160.000 691.000 345.600 403.400 480.000 499.200
Amorce Couvre Amorces 790.000 1.330.000 1.736.000 1.712.000 3.024.000 1.008.000
Tubes pour amorces   6.000 6.500 5.200 4.500 5.000
MUNITIONS D’ARTILLERIE
Fusées 22/31 1 250 2 100 2 500 4 400 4 750 5 000
Obus à charge Arrière 350 Fabrication arrêtée le 20/09/1914
Obus de 75 explosif 700 2 100 4 700 3 300   2 810
Chargement obus 75 explosif 700 2 560 4 500 8 933 20 153  
Encartouchage Obus de 75 à charge arrière 1500 2800 Fabrication arrêtée le 20/09 1600    
Encartouchage Obus de 75 explosif       6131 25050 29190
Fusée de 24/31   700 5500 9500 16000 20000

Le 20 janvier 1914 : la production journalière moyenne était :
FUSEES = 1100
CARTOUCHE DE 75 = 1000
CARTOUCHE D’INFANTERIE = 120.000
TUBES PORTE AMORCE =1600
Le 18 septembre 1915 : le directeur signale comme production possible d’affûts-trépieds :
20 par décade

Production pendant le mois de mars et avril 1916
CARTOUCHES DE 75 A OBUS EXPLOSIF =1.866.897
CARTOUCHES DE 75 A OBUS A CHARGE ARRIERE = 155.025

Production pendant le 3ème trimestre 1916
72.000 OBUS ALLONGES DE 155 ALLONGES, Modèle 1890 VIDE

Production pendant le 4ème TRIMESTRE 1916
240 Canons de 120 L Mle 1848
5000 rallonges de couloir brutes de fonderie pour mitrailleuses Mle 1907
900 affûts omnibus 1915
Alésage, rayage, chambrage de 123 canons de 75
160 culasses pour canon de 75
60 millions d’étuis Mle 1886
132 millions de couvres-amorces Mle 1914
80.000 obus explosifs de 75
70.800 obus de 75 à charge arrière
233 millions d’amorces Mle 1890
30 millions de cartouches Mle 1886D
180.000 cartouches à obus à balles à charge arrière
3.500.000 cartouches de 75 à obus explosifs
162.000 obus explosif de 75 (chargement de …)
2.838.000 obus explosifs de 75 (chargement de …)
20 millions de couvre-amorces
45.500 obus allongés de 155 Mle 1890 vides
10.700.000 amorces à collerette pour fusées 24/31
203.696 boîtes de laiton pour amorces 1890

LE 20 mars 1916
Le ministre approuve le marché pour l’achat de :
60 tours : prix total =354.000 frs (valeur suisse)
50 tours : prix total =295.000 frs (valeur suisse)

PRODUCTION PENDANT LE 4ème TRIMESTRE 1917
1.800.000 douilles de 75
13.500.000 amorces à collerettes pour fusées 24/31
18 millions d’amorces percutantes pour fusées 24/31
3.150.000 amorces concutantes pour fusée 24/31
3.150.000amorces percutantes pour fusées 24/31
2.250.000 cartouches de 75 à obus à balles à charge arrière
2.250.000 cartouches de 75 à obus explosifs
450.000 corps de fusées détonateurs à DE de 24/31
45 millions d’étuis Mle 1886 D
45 millions de balles Mle 1898
405 millions d’amorces Mle 1890
405 millions de couvre amorces Mle 1914
Amorçage de 4.500.000 étuis AM Mle 1886 D
Chargement de 2.250.000 obus explosifs de 75 provenant de l’industrie
45.500 obus allongés Mle 1890 vides
900 jaquettes pour canon de 75
540 culasses pour canon de 75
Alésage, chambrage, rayage de 630 canons de 75
90 canons de 120 L Mle 1878
45 canons de 155 C Mle 1884
255 canons de 155 C Schneider Mle 1917
510 culasses pour canons de 155 C Schneider 1917
100 affûts-trépieds omnibus Mle 1915
11000 caisses pour encaissage des cartouches.

PRODUCTION PENDANT LE 4ème TRIMESTRE 1918
27 millions d’étuis modèle 1886 D 27 millions de balles modèle 1898 405 millions d’amorces Mle 1890
405 millions de couvre-amorces Mle 1914
Chargement de 27 millions de cartouches pour tubes porte-amorces
27 millions de couvre-amorces pour tubes porte-amorces
14.400.000 amorces à collerette pour fusées 24/31
18.900.000 amorces percutantes pour fusées 24/31
2.250.000 amorces concutantes pour fusées 24/31
2.250.000 amorces percutantes pour fusées 24/31
1.900.000Etoupilles à percussions centrale Mle 1906
600 mortiers stockés sont en commande
1800 jaquettes pour canons de 75
540 culasses pour canons de 75
Alésage, chambrage, rayage de 720 canons de 75
1.800.000 cartouches de 75 à obus explosifs
450.000 corps de fusées détonateur Mle 1890 vides
Chargement en mélinite paraffinée de 1.800.000 obus explosifs de 75
500 affûts-trépieds omnibus Mle 1915 modifié
300 canons de 155 C schneider Mle 1917 sans culasse
300 culasses pour canons de 155 C Schneider
1000 caisses pour fusées 24/31
18.000 caisses à munitions

Le 25 juillet 1918, l’Inspecteur des fabrications de l’Artillerie demande à l’ATS de porter
le rendement des amorces, détonateurs à collerette le plutôt possible de 120.000 à 200.000
par jour

MAGASINS CONSTRUITS EN 1918

Désignation des magasins Contenance prévue Désignation des poudres et explosif entreposés
N° 1 40 tonnes Cartouche de 75 – obus de 90
N° 2 40 tonnes Poudre américaine
N° 3 40 tonnes Douilles
N° 4 40 tonnes Amorces
N° 5 40 tonnes Amorces 60 millions
N° 6 40 tonnes Mélinite, Tolite, Gaine relais chargés
N° 7 40 tonnes Obus à balles Mle 1897
N° 8 40 tonnes Poudre à canon américaine – Poudre B
N° 9 40 tonnes Cartouches américaines Mle 1886D 11millions
N° 10 40 tonnes Poudre américaine à fusil-poudre BN-3F
N° 11 40 tonnes Douilles de 75 neuves (86.154), cartouches Mle 1886 américaine (6 millions)
N° PN 15 tonnes Poudre noire (11.725 Kg)


FABRICATION BOMBES AVIATION

Il est fait mention de cette fabrication aux dates suivantes seulement
Production du 11 au 20 septembre 1918 = 255
Production du 21 au 30 septembre 1918 = 271
Production du 1er au 10 octobre 1918 = 284
Production du 11 au 20 octobre 1918 = 213
Production du 21 au 30 novembre 1918 = 103

Lien Permanent pour cet article : http://www.adishat.fr/histoire/?p=31012